L'auriculothérapie

L'auriculothérapie est une méthode originale développée par le Dr Paul Nogier à partir de 1951.

Il y consacrera plus de 40 ans de travail et de recherche.

Tout commence vers 1950 par l'observation qu'il fera de patients présentant une cicatrice à l'oreille et racontant tous la même histoire: “Je souffrais d'une sciatique dont personne n'arrivait à me soulager et Mme Barrin m'a guéri en me cautérisant l'oreille”.

­­

­

 

­­­

Le Dr Nogier étant extrêmement ingénieux, curieux et souhaitant soigner ses patients avec des méthodes naturelles (il pratiquait l'acupuncture et la thérapie manuelle entre autres), essaya de reproduire ce qu'il avait observé afin de soigner des sciatiques ainsi que d'autres douleurs.

Rapidement, il se rendit compte que ce point ne fonctionnait que pour les douleurs sciatiques. Il comprit également qu'une douleur sur le corps faisait apparaître un point douloureux correspondant sur l'oreille.

Il chercha alors, en palpant les oreilles de ses patients, d'autres points et établi une première cartographie auriculaire dès 1956.

Puis, grâce aux découvertes du Dr J. Niboyet sur les particularités électriques des points réflexes, il va réussir à localiser certains organes à l'aide d'un appareil de détection de résistance électrique cutanée. Les premières cartographies auriculaires sont dessinées.

­­­­

Grâce à ses travaux, il ouvre la voie à l'auriculothérapie: à l'aide d'un palpeur et d'un détecteur électronique de résistance électrique, il réussit à mettre en évidence des pathologies, affine des diagnostics et traite des douleurs ainsi que des troubles fonctionnels (on parle de maladie fonctionnelle lorsqu'aucune lésion n'est visible mais qu'un organe ne fonctionne pas correctement).

Aujourd'hui, à travers le monde, de nombreux thérapeutes utilisent cette méthode avec succès. L'auriculothérapie est enseignée en faculté universitaire et a été reconnue par l'OMS en 1990. Ses mécanismes d'action ne sont pas encore clairement expliqués, mais beaucoup d'hypothèses sont faites et de nombreuses recherches sont en cours.

Mais l'histoire du Dr Paul Nogier n'est pas terminée car en 1966, il va faire une autre découverte fascinante qui va permettre d'affiner les cartographies et les traitements d'auriculothérapie.

image.png
image.png

Chaque cellule de notre corps travaille à un but commun, celui de maintenir notre organisme en excellente santé, de concourir à un équilibre subtil.

Cet équilibre est géré par notre système nerveux autonome (qui régit l'ensemble de nos fonctions vitales: p.ex. la respiration, le rythme cardiaque, la digestion, le travail hormonal…).

Il est donc assez logique de penser que chaque partie de notre corps est informée en permanence de ce qui se passe dans son entièreté.

Certaines parties de notre anatomie en témoignent et sont facilement accessibles. L'oreille comme expliqué dans la première partie de ce message, est une miniaturisation du corps.

En 1966, le Dr Paul Nogier fait une étrange découverte: une pression exercée sur certains points d'oreille “déforme” momentanément le pouls des patients.

Il va faire toute sortes d'expérimentations sur le corps et l'oreille en prenant le pouls de ses patients: stimulations sonores, lumineuses, électromagnétiques…

Il comprend que certaines zones du corps et de l'oreille “répondent” à des stimulations précises.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grâce à la prise du pouls et à des procédés extrêmement ingénieux, le Dr Paul Nogier et son équipe vont réussir à affiner les cartes d'auriculothérapie et à localiser des points qui sinon seraient restés inaccessibles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pratique de l'auriculothérapie avec le pouls ouvre de nouvelles dimensions.

Elle n'a rien de magique: la “déformation” du pouls ressentie lors de la stimulation de l'oreille est un réflexe normal de notre système nerveux autonome.

Il est donc possible, grâce à un ensemble de tests, d'avoir une idée précise de la vitalité de la personne et de sa capacité d'adaptation à différents “stress” (ici il faut considéré le stress au sens large, c'est à dire toute stimulation faite à l'organisme demandant à celui-ci de modifier son état).

Le ressenti de la modification du pouls permet donc de recueillir des informations précieuses sur le bon fonctionnement de l'organisme de notre patient. Cela permet d’affiner les diagnostics et les traitements.

Le traitement des points d'oreille en lien avec une perte de vitalité va harmoniser le fonctionnement du système nerveux autonome. Le rétablissement d'un pouls de bonne qualité en sera un des témoins.

Ainsi, avant de traiter le patient pour sa douleur ou son trouble fonctionnel, le praticien va en premier lieu veiller à permettre au corps de s'auto-réguler de manière optimale.

Evidemment cette méthode n'est pas une panacée, il ne s'agit surtout pas de négliger la médecine ou d'en oublier les fondements rigoureux. Un examen clinique est toujours indispensable, le praticien doit avoir de solides connaissances en anatomie, en physiologie et en pathologie.

L'auriculothérapie est une méthode complémentaire s'inscrivant parfaitement dans une approche de santé intégrative.

63130de278ec7f3c4d0c8a53.png
6313085d40ad51299e71c316.png