Rechercher
  • olivier raymaekers

à la découverte de l'auriculothérapie 2/2

Chaque cellule de notre corps travaille à un but commun, celui de maintenir notre organisme en excellente santé, de concourir à un équilibre subtil. Cet équilibre est géré par notre système nerveux autonome (qui régit l'ensemble de nos fonctions vitales: p.ex. la respiration, le rythme cardiaque, la digestion, le travail hormonal…). Il est donc assez logique de penser que chaque partie de notre corps est informée en permanence de ce qui se passe dans son entièreté. Certaines parties de notre anatomie en témoignent et sont facilement accessibles. L'oreille comme expliqué dans la première partie de ce message, est une miniaturisation du corps.

En 1966, le Dr Paul Nogier fait une étrange découverte: une pression exercée sur certains points d'oreille “déforme” momentanément le pouls des patients.

Il va faire toute sortes d'expérimentations sur le corps et l'oreille en prenant le pouls de ses patients: stimulations sonores, lumineuses, électromagnétiques…

Il comprend que certaines zones du corps et de l'oreille “répondent” à des stimulations précises.



Grâce à la prise du pouls et à des procédés extrêmement ingénieux, le Dr Paul Nogier et son équipe vont réussir à affiner les cartes d'auriculothérapie et à localiser des points qui sinon seraient restés inaccessibles.


La pratique de l'auriculothérapie avec le pouls ouvre de nouvelles dimensions.

Elle n'a rien de magique: la “déformation” du pouls ressentie lors de la stimulation de l'oreille est un réflexe normal de notre système nerveux autonome.

Il est donc possible, grâce à un ensemble de tests, d'avoir une idée précise de la vitalité de la personne et de sa capacité d'adaptation à différents “stress” (ici il faut considéré le stress au sens large, c'est à dire toute stimulation faite à l'organisme demandant à celui-ci de modifier son état).

Le ressenti de la modification du pouls permet donc de recueillir des informations précieuses sur le bon fonctionnement de l'organisme de notre patient. Cela permet d’affiner les diagnostics et les traitements. Le traitement des points d'oreille en lien avec une perte de vitalité va harmoniser le fonctionnement du système nerveux autonome. Le rétablissement d'un pouls de bonne qualité en sera un des témoins.

Ainsi, avant de traiter le patient pour sa douleur ou son trouble fonctionnel, le praticien va en premier lieu veiller à permettre au corps de s'auto-réguler de manière optimale.

Evidemment cette méthode n'est pas une panacée, il ne s'agit surtout pas de négliger la médecine ou d'en oublier les fondements rigoureux. Un examen clinique est toujours indispensable, le praticien doit avoir de solides connaissances en anatomie, en physiologie et en pathologie.

L'auriculothérapie est une méthode complémentaire s'inscrivant parfaitement dans une approche de santé intégrative.


Olivier Raymaekers Coordinateur de la MSI de Haubourdin Posturologue Auriculothérapeute Thérapeute manuel

o.raymaekers@gmail.com

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout